Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 18:29

La floraison des orchidées sauvages c’est maintenant, un peu partout, sur les bords de route, en forêt et sur la pelouse calcaire. En bordure de chemin dans les Mardelles nous avons photographié une espèce non repertoriée sur la pelouse calcaire : l’orchis tacheté (dactylorhiza maculata). Il s’agit d’une espèce assez commune que l’on rencontre sur les prairies riches et humides. Ses feuilles sont tachetées de noir et les fleurs sont blanches ou roses avec de délicats dessins. Mais il y en a beaucoup d'autres. A vos appareils photos !

orchis tacheté détailPar contre, il est dommage que nombre de sentier de découverte et notamment ceux de la pelouse calcaire ne soient pas du tout entretenus, les panneaux de signalisation sont maitenant à peine visibles ! dommage vraiment.

Partager cet article

Repost0
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 15:12

Les tempêtes de ces dernières semaines ont eu de très importantes conséquences, notamment matérielles. Mais pas seulement.  Selon un communiqué datant de fin février, la Ligue de Protection des Oiseaux (la LPO) après comptages lors de plusieurs week-end mobilisant de très nombreux bénévoles, a indiqué qu’une « hécatombe sans précédent depuis au moins un siècle » avait eu lieu sur le littoral atlantique où plus de21 000 oiseaux marins morts, affaiblis et épuisés par les tempêtes successives et la faim sont venus s’échouer sur les plages. Un peu plus de 2500 ont pu être récupérés vivants et sont actuellement soignés dans des centres spécialisés de sauvegarde.

Partager cet article

Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 00:31
Le  30 janvier 2014, Antonio Fischetti sur le site de Charlie Hebdo a publié l’article suivant :
« On sait que les arbres permettent de lutter contre l’effet de serre en absorbant le dioxyde de carbone. Et, sur ce plan, les scientifiques pensaient que les jeunes étaient plus efficaces que les vieux. Pourtant, non, c’est tout l’inverse: ce sont les vieux arbres, les plus utiles. Nathan Stephenson, du Centre de recherche écologique de Three Rivers, en Californie, a analysé les données de 670 000 arbres de 403 espèces différentes, en remontant jusqu’à quatre-vingts ans. Il en ressort que plus les arbres sont âgés, plus ils grandissent vite, et donc plus ils stockent de CO2. 
«C’est comme si, pour des humains, la croissance s’accélérait après l’adolescence au lieu de ralentir.» Pour lutter contre le changement climatique, mieux vaut donc conserver un gros arbre que de planter de jeunes pousses. Un bon argument à opposer à ceux qui, insensibles à la beauté des vieux troncs, prennent prétexte de leur prétendue décadence pour les tronçonner. »
Peut-être à méditer et à prendre en compte pour la gestion de nos forêts.

Partager cet article

Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 00:02

Le 23 janvier 2014 le parlement a définitivement adopté la loi sur les pesticides. Le texte prévoit, à partir du 1er janvier 2020, une interdiction de l’usage des produits phytosanitaires par l’Etat, les collectivités locales et établissements publics pour l’entretien des espaces verts, promenades, forêts… Un délai qui devrait permettre aux professionnels des espaces verts de s’adapter à de nouvelles méthodes de travail.

Sont exclues de cette interdiction les voies ferrées, pistes d’aéroport et autoroutes pour des « enjeux de sécurité publique ».

Par ailleurs, à partir du 1er janvier 2022, la commercialisation de produits phytosanitaires à usage non-professionnel sera interdit.

« Premier consommateur de pesticides en Europe - La France reste en Europe le premier consommateur de pesticides, dont 90 à 95% vont à l’agriculture. En juin 2013, une vaste expertise de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) avançait une « présomption forte » de lien entre l’usage de pesticides chez les professionnels qui les manipulent et certains cancers, ainsi qu’avec la maladie de Parkinson. »

Il est dommage que notre commune n'ai pas saisi l'opportunité de se former aux métodes alternatives aux pesticides dans le cadre de la démarche "zéro pesticides" initiée par la région Bourgogne il y a maintenant deux ans.

Espérons que le délai d'ici 2020 sera mis à profit.

 


Partager cet article

Repost0
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 14:06

Le 26 février dernier, jour de semaine, un mardi précisément, les températures étaient encore glaciales mais la neige avait cessé de tomber. Le paysage enneigé était magnifique malgré un ciel sombre. Une promenade qui s'annonçait idyllique... avec moisson de belles photos de paysages ou peut-être d'animaux.

Malheureusement le plaisir fut de courte durée... En lisière et même en plein milieu du chemin dit "de Châteauneuf", qui relie la route de Chasnay aux Vignes de l'Hôpitot gisaient les restes d'un animal et de son dépeçage (photos ci-dessous).

Photo 261 Photo 262

Certes, la chasse était encore ouverte (fermée à partir du 28 février) mais elle est de toute façon interdite en semaine dans notre forêt. De même le dépeçage d'un animal sur le lieu de l'abattage n'est pas permis. Alors, il n'y a que l'hypothèse du braconnage pour être vraisemblable, un chasseur digne de ce nom n'aurait pas fait cela. D'ailleurs début mars, alors que la chasse était cette fois fermée, nous avons encore entendu des coups de fusil dans la forêt.

Ce n'est malheureusement pas la première fois que de tels faits sont constatés chez nous. Il y a quatre ans déjà, une habitante rentrant de son travail avait trouvé un chevreuil blessé, réfugié dans sa cour (photo ci-dessous). L'animal souffrait en agonisant lentement. Monsieur le Maire aussitôt prévenu a répondu "je ne peux rien faire". Il a donc fallu que cette habitante se renseigne auprès d'un garde chasse et de la gendarmerie, ce qui a pris beaucoup de temps et généré beaucoup de souffrance inutile pour cet animal avant qu'autorisation de l'abattre ne soit donnée. Certes cela se passait un jour de chasse mais peu de temps avant la fermeture et alors même que le quota de chevreuils à tirer dans notre forêt était déjà atteint. Force est de constater que ces incidents surviennent à chaque fois peu de temps avant la fermeture de la chasse et on peut se demander si certains n'ont pas du mal à s'arrêter de tuer.

                                    chevreuil blessé

Alors cet incident du 26 février dernier a, bien sûr, été évoqué en questions diverses lors du dernier conseil municipal du 24 mars 2013. La réponse de Monsieur le Maire a été la même qu'il y a quatre ans, "il n'y a rien à faire". D'ailleurs Monsieur le Maire ou son premier adjoint n'ont même pas inscrit cette question dans le compte rendu du conseil. Ce sujet ne semble pas les intéresser.

En conséquence, si vous êtes témoin de ce genre de carnage, ne vous adressez pas à la mairie, cela ne servirait à rien, mais contactez le plus rapidement possible la Fédération de chasse qui fera le nécessaire et viendra constater les faits. (coordonnées de la Fédération ci-dessous

Alors, au cours de vos promenades en forêt d'Arbourse, quelle que soit la saison, restez vigilants, on ne sait jamais...

 


Fédération départementale des chasseurs de la NIèvre

03 86 36 93 16

 



Partager cet article

Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 18:29

Les "Saints de glace", Saint Mamert (évêque de Vienne, mort vers l'an 474), Saint Pancrace (mort en martyr à 14 ans en l'an 304), Saint Servais (évêque de Tongres-Belgique), mort en 384) et Saint Urbain (Urbain 1er, pape de 222 à 230) respectivement fêtés autrefois les 11, 12, 13 et 25 mai, ne figurent plus aujourd'hui sur nos calendriers. Trop associés à des croyances populaires païennes, ils ont été remplacés. Pour autant ils sont toujours présents dans l'esprit des jardiniers avisés, très vigilants à ne pas semer ou planter avant que cette période de l'année ne soit passée. Superstition ou réalité ? A quoi cette période des Saints de glace correspond-elle ?

Cette période coïncide plus ou moins selon les années avec "la lune rousse" (lunaison qui commence après Pâques). Plus ou moins, parce que les dates des Saints de galce, toujours les mêmes, sont fixées par le calendrier solaire, alors que la lune rousse correspond, elle, au treizième cycle du calendrier lunaire, c'est à dire au cycle qui se renouvelle après Pâques (fête chrétienne dont la date est arrêtée chaque année en fonction du calendrier lunaire, soit au premier dimanche après la lune qui suit l'équinoxe de printemps). Calendrier solaire et lunaire ne se superposent donc pas toujours de la même manière. Ce décalage entre les différents calendriers rend ainsi bien aléatoires les limites de cette période fatidique pour le jardinage.

lune rousseLa lune rousse qui, en 2012, a commencé le 21 avril et se terminera le 20 mai, est ainsi nommée, non à cause de sa couleur, évidemment mais parce qu'on a remarqué que par temps clair, sec et sans vent, lorsque la lune brille, la température se refroidit. Les gelées tardives peuvent se développer et roussir les feuilles des plantations. Redoutés, lune rousse et Saints de glace sont accusés de geler les bourgeons et les fleurs de printemps. Peut-être bien avec raison. En tous cas, cette année la superstition a été réalité, nous avons connu des températures bien fraîches en ce mois de mai 2012, mais "quand la lune rousse est passée, on ne craint plus la gelée", c'est pour bientôt et c'est tant mieux.

 

retrouvez le calendrier lunaire de mai dans la page "jardinage" de la rubrique infos pratiques.

Partager cet article

Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 23:26

Epargné ; le petit lavoir a été épargné ! ou presque. En tous cas c'est un spectacle étonnant ce sapin tombé bien sagement entre le petit lavoir et la maison !

DCP 3698     DCP 3703

Partager cet article

Repost0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 17:14

2 € à l’hectare et par an, un surcoût non négligeable pour les communes

Soit 5 millions  d’euros par an de recettes nouvelles attendues pour l’ONF

(Voir aussi notre n° 15 de Flash Info  - en pages 2, 3, et 4 - en cliquant sur l’onglet « les journaux »)

Le nouveau contrat d’objectifs et de performance (2012-2016) conclu entre l’ONF et l’Etat, a été signé au début de l’automne 2011, avec pour la première fois comme cosignataire, la FNCOFOR (Fédération nationale des communes forestières).

Ce contrat est cependant loin d’emporter les suffrages de tous les élus concernés,  bien que le Président de la FNCOFOR (Jean Claude MONIN) ait tenté de les convaincre de son intérêt, notamment lors du Congrès des Maires de France.

Pour les forêts communales gérées par l’office, c’est donc une contribution supplémentaire de 2 €/hectare et par an qui vient s’ajouter aux 12 % de frais de garderie habituels (pour les forêts de plaine, 10% en montagne), calculés sur les gains réalisés chaque année. La FNCOFOR estime qu’il s’agit là d’un moindre mal, rappelant que le ministère avait évoqué une participation de 5€/hectare/an, voire même 7.

Mais certains élus voient dans cette contribution forfaitaire, un prélèvement arbitraire. En effet, un hectare de taillis n’a pas la même valeur qu’un hectare de chênes centenaires ! Ainsi, dans les territoires où la forêt est peu productive et où l'exploitation du bois n'est pas rentable, voire même déficitaire, les communes se demandent comment elles vont supporter cette nouvelle charge.

Dans la Nièvre, 154 communes sont concernées, soit 1 sur 2 et dans notre communauté de communes, le Maire de Prémery, Gilbert GERMAIN, a fait part de son désaccord dans une émission diffusée sur France 3.

Quelques exemples de ce que cela va représenter :

  • Prémery possède 904 hectaresde forêt et sera redevable de 1808 € /an
  • Champlemy possède 574 hectareset paiera 1 148 €/an
  • Dompierre possède possède 405 hectares et paiera 810 €/an
  • Et enfin Arbourse possède 236 hectares et devra payer 472 €/an

L’office national des forêts qui est aujourd’hui un EPIC (établissement public industriel et commercial), est en pleine mutation. 700 suppressions de postes sont annoncées d’ici à 2016. Il se doit d’être rentable. Cette nouvelle contribution serait donc, selon Hervé GAYMARD Président de l’ONF, le prix à payer pour éviter une éventuelle privatisation de l’Office évoquée par certains, et maintenir un service public redimensionné à juste proportion. Ainsi, la cible du maillage territorial stabilisé serait de 300 à 310 unités sur tout le territoire national, chaque unité comptant de 7 à 10 agents.

Selon Monsieur GAYMARD, il est important de se souvenir que la valeur du bois n’a cessé de diminuer depuis 1982, après avoir régulièrement crû après la création de l’office en 1966, et que "l'évolution des effectifs est calquée sur celle du cours du bois en monnaie constante". Dans ce contexte, il est évident que les 12% de frais de garderie calculés sur ce que rapporte la forêt aux communes ne peuvent plus suffire pour maintenir l’effectif actuel des agents. C’est ce qui justifie la mise en place de cette contribution supplémentaire de 2 €. Mais ce ne sera sans doute pas suffisant et il faudrait encore de nouvelles recettes. Les pistes ?

  • L’intensification de l’exploitation des forêts, même si le cours du bois baisse, ne fait guère de doute et beaucoup s’en inquiètent ;
  • une éventuelle contribution des agences de l’eau (en raison de l’importance de la forêt dans la gestion de l’eau) ;
  • ou encore, à partir de 2013, l'attribution à la forêt d'une part des recettes des "quotas carbone".

Ces deux dernières solutions restent cependant hypothétiques. En tous cas, la survie de l’Office (et donc le maintien des emplois restant après la suppression prévue de 700 postes) semble assurée pour les cinq prochaines années, mais qu’en sera-t-il plus tard ? Que vont devenir nos forêts soumises à cette logique prioritaire de profit, de surexploitation et non de développement durable ?

Dans son bulletin communal, Monsieur le Maire se félicite de son bilan et nous annonce pour 2011 un gain, grâce à la forêt, frais de garderie déduits, de 50 980,98 €.

Cette recette comprend, la taxe d’affouage, la location de la chasse, le remboursement de TVA sur travaux d’investissement, et bien entendu la vente des coupes de bois. Justement concernant la vente des coupes de bois, c’est le silence. Quel prix de retrait a été fixé par le Maire pour la vente aux enchères ? D’après ce que nous savons, ce prix de retrait était trop élevé par rapport au marché pour que nos bois se vendent bien aux enchères.  Alors qu’est-ce qui a été vendu et comment ? En vente directe ?

Pour quelles raisons Monsieur le Maire ne nous donne-t-il pas à lire l’ensemble de ces « détails » qui intéressent pourtant tout le monde ? Pourquoi ne nous parle-t-il que de 2 parcelles (27 et 31) alors que ce ne sont pas 2 parcelles mais bien plus pour lesquelles martelage et coupe ont été votés en 2010 et 2011 ? (voir notre n° 15 flash info et le conseil municipal du 11/11/2011)

Pour nous, ce que nous dit Monsieur le Maire sur la forêt dans son bulletin communal ne constitue malheureusement pas un bilan mais s’apparente clairement à de la désinformation. Qu’est-ce que le « bon sens » a à voir avec tout cela. Pour nous le « bon sens » c’est avant tout la précision gestionnaire.

 

Partager cet article

Repost0

Qui sommes-nous ?

Notre association collégiale a pour but de promouvoir la circulation de toutes informations concernant le village d’Arbourse et sa proche région. Vous trouverez sur ce blog tous les journaux "arbourse flash infos" diffusés gratuitement ainsi que des rubriques sur vos droits, sur l'actualité de la commune, sur les actualités culturelles, mais aussi des informations pratiques ...   

 

Pour nous écrire : contact@arbourse-info.fr

et inscrivez-vous pour recevoir nos newsletter et articles

Recherche